FR - IT - EN - ES
 
chargement...

Varnish

 

On the left my varnish of Cremona, on the right the original made by Antonio Stradivari mon vernis cremonais 1

 

 

Mon vernis cremonais detail
Detail of the same picture
 

 

Italian varnish has always fascinated violinmakers and musicians, It still makes us dream and constitutes a permanent debate between those questioned by the subject and those who have resolved it…

Many years_of research, practice and experiments lead to the following finding:
whether yellow, golden, red or deep brown thick or thin, ancient varnishes are all beautiful and almost all extraordinary. 

Why?

Doubtless because the varnish’s secret is not in the unique, lost or secret recipe of a specific varnish but rather in the forgotten art of the applying process, in a “know how” rather than in abstract knowledge. Varnishing an instrument is similar to culinary art. It is not so much the recipe that leads to a successful meal, but rather the way the cook will make use of it in a masterly fashion only transmitted orally from master to disciple.

 

 

Discovery of the "secret of Stradivarius" in 2009

A German-French team of 12 experts (chemists, violinmakers, restorers) examined attentively five violins of Antonio Stradivari which are preserved in the "Cité de la Musique" of Paris. They published their study in the prestigious German scientific review for chemistry "Angewandte Chemie" (international edition).

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/anie.200905131/abstract

 

Formula

 

According to this study the secret of Antonio Stradivari's varnish was uncovered. This varnish so often described as the only reason of the superiority of Stradivari consists of two fine layers. The first one is a layer based on oil, followed by a second one, which is a mixture of oil and pin resin into which Stradivarius incorporated various pigments used in painting, in order to vary the color. And that is all!

 

Here are some links related to this event.

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/12/soleil-perce-le-secret-du-stradivarius.html

 

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/12/04/le-secret-des-stradivarius-devoile_1275970_3246.html

 

 

 

Shader

 

 

 

What do ancients say?

In old varnish treatises from 1550, 1564 and 1713, I chose 7 recipes that I deliver here in their original form. (For english speaking people, there is a word to word translation).

 

 

Alexis le Piémontais

(Secret des Arts, 1550)

 

Formula no 1 (spirit varnish)

Take benjoin and grind it then put into bottle and pour over it enough eau-de-vie, so much as it passes the benjoin by two or three fingers, and leave it so for two or three days, then add, for half bottle brandy, five or six lightly minted or entire safran strands. This done, you will flow it and with a brush will varnish any golden thing you want, which will become gleaming by drying during several years.

 

Example of golden varnish put on the “Kardos”- violin made in 2003

 

Formula no 2 (varnish without thinner)

Another that will dry promptly. Take male incense and writing varnish namely sandarac which is juniper gum. Use as much as you want. Reduce it to powder as fine as you can and incorporate together. Take then Venetian turpentine, and put it in a non greasy bottle and undo it. Then putt inside the said powders, little by little, incorporating them without making it too tender but just right; and so warm, flow it through muslin. And when you want to use, warm it and spread very fine, and it will make your work very gleaming and will dry rapidly and well.

 

Formula no 3 (oil varnish)

Linseed oil (3 pounds) that you will have boil and, to know whether it is enough, throw inside a hen’s feather, and if it burns forthwith it will be cooked. Then take:

Sandarac…………………… (8 ounces)
Aloès hépatique…………. (4 ounces)

Powder them beforehand, then put into boiling oil and mix until liquefied. pass through muslin and you will loose the useless half being too thick and not good for use. To use it, let it warm in the sun.

 

Example of oil varnish put on the “Saiz” cello made in 2003

 

 

Fioravanti.

(Miroir universel des Arts et des Sciences, 1564)

 

Formula no 4 (spirit varnish)

Benjoin, sandarac and mastic: powder them well, add eau-de-vie. Let the mixture dissolve on a low flame or in the sun. Gums will dissolve easily and form a very brilliant varnish that with dry promptly.

 

Example of brilliant varnish put on a violin made in 2012 (private collection)

 

The R. P. Bonanni

(Traité des vernis, 1713)

 

Formula no 5 (oil varnish)

A maronite priest, Donato Aldoense, sent the following recipe to Father Bonanni:

Linseed oil………..………….1 ounce
Mastic of Persia……………1 ounce 112 to be melted.

After which one adds oil until some white foam appears. When one wants to use it to color some objects, one mixes it with powdered colors.

This varnish becomes very hard.

 

 

Formula no 6 (oil varnish)

M. Garnier, the Queen of Poland’s physician transmitted to Reverend Bonanni the following recipe for a varnish which is pliant and supple under hammer’s stroke.

Have the Venetian turpentine boiling, and then add as much heavy of powdered copal. Have it boil a quarter of an hour, stirring it well with a stick then put in cooked oil. Have it mix together over a flame, then let the varnish become as liquid as desired with aspic or turpentine essence. It has to be used a little warm.

 

Supple Varnish

Example of supple varnish put on the “Raspo” violin made in 2003

 

 

Formula no 7 (Porefiller)

Finally, Father Bonanni says that before applying varnish on wood, one must cover it with the following varnish to impregnate it.

Aspic oil……………....…… 8 ounces
powdered sandarac…… 5 ounces

The whole being well incorporated over a flame, one coats the piece to be varnished with it all warm, and when it is dry, one puts varnish on.

 

Dalla Vecchia

Example of porefiller put on the “Dalla Vecchia” baroque violin made in 2004

 

 

Simplicité

Pour anodines qu'elles paraissent, ces recettes semblent animées d'une vie intérieure qui les fait dialoguer entre elles. Toutes très simples, comme le confirme la découverte en 2009 du vernis de A. Stradivari, elles donnent à l’objet verni une beauté incomparable. Le vernisseur est le lien entre cette simplicité et son efficacité. Grâce à ses multiples talents d'interprète, tant du bois avec ses humeurs que du vernis et ses réactions spécifiques, il joue le rôle de chef d'orchestre. Le bois indique la voie à suivre s'il est compris et le vernisseur choisit la recette adéquate en fonction de son expérience des vernis. Ces connaissances tant du bois que des vernis sont fondamentales. Tout cela avec la sonorité comme but.

 

Conclusion

Que l'on fasse un vernis à l’alcool ou un vernis à l’huile, qu’on le veuille brillant ou satiné, qu’il soit dur ou mou l’important est de trouver l'harmonie totale entre ce vernis et le bois. La sonorité comme un phare ou une boussole nous guide tout au long et reste le but final. Alors la beauté intrinsèque se révélera d'elle-même.

  

Considérations personnelles sur

la couleur des Vernis et sous-fonds de Stradivarius.

 

 

Les vernis.

Les sept violoncelles d’Antonio Stradivari, exposés à Crémone en 2004 ont montré, au-delà d’un grand intérêt visuel et culturel, une grande variété de couleurs des vernis. Chaque instrument avait une couleur différente. Le livre de l’exposition le démontre clairement, même si les couleurs reproduites par les photos ne sont pas tout à fait exactes.

 

Sous fond Stradivarius 

Extraits du livre de l’exposition j’ai fait ce photomontage qui témoigne de cette grande variété de couleur. Malheureusement il manque le violoncelle Batta un Stradivarius de 17 ??, qui n’était pas exposé. Il aurait apporté le témoignage d’un vernis d’une épaisseur inhabituellement grande et surtout d’un rouge pourpre impressionnant.

Cette constatation de variété de couleur est particulièrement intéressante, d’autant quand il s’agit du même luthier. On aurait pu imaginer que les vernis soient différents d’un luthier à l’autre mais pas à ce point là chez le même luthier.

 

Sur cette image on voit que les deux demi-fond situés sur la droite sont de la même année (1732). Ceci est très intéressant. Ca nous permet de penser qu’il s’agirait donc bien d’un choix délibéré de Stradivarius de varier la couleur selon son bon vouloir et non pas de vernis significatif de différentes périodes de sa vie. On sait cependant qu’il utilisait quand même moins de vernis variés au début de sa carrière que par la suite. A ses débuts son vernis était peu coloré, voir transparent et variait légèrement autour du jaune ambré, exactement comme le violoncelle de 1710 (à gauche de la photo). Dans les années 1690 il a introduit le rouge (voir son violon appelé le « toscan » de 1690) puis quelques années plus tard, dans sa période appelé à tord « d’or » il utilisait toutes les teintes. Elles vont du transparent au brun foncé en passant par toutes les teintes des jaunes, des oranges et des rouges.

 

Les sous-fonds.

A regarder de plus près, on peut relever que non seulement le vernis pouvait être de différentes couleurs, mais aussi le sous-fonds. Entre le sous-fonds des deux violoncelles datés 1732,  l’un est jaune et l’autre brun roux. Stradivarius passait donc aisément du jaune clair (1732) au brun clair (1710) ou du gris-vert (1712) au brun roux (1732) suivant ses envies ou selon le désir de ses clients, voir suivant le bois utilisé qu’il laissait peut-être libre. Avec ses différents sous-fonds et ses différents vernis, on peut dire qu’il maîtrisait une vaste palette de tous les tons possibles.

 

Cette grande variété de couleur, surtout des sous-fonds, est typique du 18ème. Elle s’est considérablement uniformisée au cours du 19e pour toutes se ressembler au 20e. La technique pure, l’uniformité et la symétrie caractérisent le siècle passé. Le 21e marque le retour vers la diversité, vers la variété, vers la philosophie du « jamais deux fois la même chose ». J’appelle volontiers ce changement de cap comme « la renaissance de la lutherie ».

 

Actuellement une profusion de luthiers de très haut niveau proposent une lutherie personnelle haut de gamme et ceci dans pratiquement tous les pays du monde. Les prix de ces instruments ne font que monter depuis une vingtaine d’année. Les musiciens ont parfaitement compris où étaient leurs intérêts. Actuellement ils investissent en masse sur ce type d'instrument pour accéder à des instruments de qualité incomparable et à des prix encore sans comparaison avec un ancien.

 

Exemples de deux sous-fonds

De passage chez un collectionneur, propriétaire de deux très beaux stradivarius, pour faire connaissance et lui montrer en même temps mes deux derniers violons, je fus surpris de la similitude de mes deux sous-fonds avec ces prestigieux instruments. Je me suis amusé de les mettre l’un à côté de l’autre et de les photographier dans les mêmes conditions. Il ne s’agit pas de copie bien entendu. C’est un pur hasard que mes deux sous-fonds soient si près des deux stradivarius que je voyais pour la première fois.

Sous fond comparaison erable 1 

Sur cette photo on peut voir une grande différence entre les deux violons foncés et les deux clairs. La lumière exagère aussi cette différence.

 

 

Sous fond comparaison erable 2 

Sur celle-ci, j’ai exprès interverti les deux groupes en mettant les deux violons foncés à gauche de la photo et les clairs à droite. Cette fois la lumière atténue la différence et ils semblent tous de la même couleur. Dans la réalité ils sont bien évidemment différents, mais peut-être pas autant que sur la photo supérieur.

 

Actuellement j’adore obtenir sur mes propres instruments toutes sortes de variations de sous-fonds et de vernis. La différence vient plus du type de bois que de la recette à utiliser en fonction du son désiré. Comme le bois est une « matière vivante qui n’en fait qu’à sa tête » je laisse de plus en plus le bois réagir à sa manière. J’imagine que ça fait partie de la vie qui n’est pas linéaire ni uniforme, et ça m’arrange. Soit on accepte ses irrégularités, soit on la force tel un bonzaï. Pour moi c’est une question de philosophie. L’ayant personnellement contraint pendant une vingtaine d’année je laisse actuellement beaucoup plus de place à la différence, au particularisme. C’est aussi le balancier de l’histoire, tantôt à droite tantôt à gauche. Comme je le disais plus haut au 18e on était dans la variété au 20e dans l’uniformité, on retourne imparablement vers la diversité.

 

p.s. sur la photo du bas les deux Stradivarius sont au centre de l’image et les deux Girardin à l'extérieur.

Et dans la photo plus haut, avez-vous deviné où se trouvent les Stradivarius?